Les résultats d’une étude de l’Ofnac et du Pnud, sur la perception et le coût de la corruption au Sénégal, sont rendus public mercredi. Mais Birahim Seck, membre du Forum civil, qui note beaucoup de manquements dans ce rapport,  demande à « l’Ofnac qui refuse de prendre ses responsabilités », de mener ses enquêtes ailleurs.

Selon le rapport l’Ofnac, la Police, la Gendarmerie, la Santé et l’Education, sont les secteurs les plus corrompus et Diourbel (19,4%), Sédhiou (19%), Tamba (17,8%) et Kédougou (17,7%), les régions les plus corrompues.

Mais cette sortie de l’Ofnac, organe de lutte contre la corruption,  laisse de marbre Birahime Seck. Ce membre du Forum Civil a indiqué que tout ce que l’Ofnac dit dans ledit rapport était déjà connu des Sénégalais. « Et ce sont les mêmes secteurs que le rapport de l’Ofnac a reproduits », précise-t-il.

« On s’attendait à ce qu’il nous présente un rapport d’activité sur un ensemble de plaintes déposées par des Sénégalais ». L’affaire Bictogo, l’affaire Petro tim, entre autres. Pour ce dernier, soutient-il, « l’Ofnac refuse de se prononcer alors que les rapports étaient quasiment bouclés par Nafi Ngom Keïta« .

« On s’attendait à ce qu’il se prononce bien entendu sur la mauvaise gestion du Port de Dakar, du Coud. donc, l’Ofnac devrait avoir le courage de produire un rapport sur les différentes malversations constatées par les Sénégalais. L’Ofnac a refusé d’innover. Il refuse d’être courageux et de prendre ses responsabilités en enquêtant sur les ressources qui sont allouées aux différentes structures et organismes de gestion de nos deniers publics », assène Birahime Seck.

Au finish, mentionne le membre du Forum civil, « l’Ofnac refuse de parler de la corruption dans le monde religieux, de la corruption dans les grands projets de l’Etat, du Building administratif, de la construction du Centre international conférence Abdou Diouf de Diamniadio, de l‘Autoroute Ila Touba... »

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here