Il faut croire que Macky Sall et son régime n’ont rien compris à la nouvelle dynamique qui impose de jeter la vieille carte pour s’adresser au nouveau monde. Sinon, comment comprendre la précipitation qui a conduit à l’inauguration du nouvel aéroport international Blaise Diagne de Diass? Cette impréparation générale a-t-elle un nom? 

Pour revenir sur terre, un fait parmi tant d’autres notés dans les couacs: Skyscanner.com, googleflights.com, kayak.com, momondo.com, expedia.com entre autres Portails web Comparateurs de prix sur tous les vols vers tous les aéroports au monde n’arrivent pas à vendre la Destination Sénégal depuis que Diass AIBD a été inauguré. C’est le chaos sur toute la ligne!!!

Un fait anodin : la semaine qui a suivi l’inauguration de l’AIDB, des milliers de passagers étrangers interpellent le Sénégal sur le fait qu’ils n’arrivent plus à «booker» voire réserver leurs vols sur le Sénégal à partir de ces géants online qui n’affichent plus le Sénégal. Certains sont même coincés à Dakar faute de n’avoir pas pu valider leur ticket de retour online. Est-ce cela le PSE?

Que s’est-il réellement passé? Apparemment, les Web sites comparateurs de prix n’ont pas actualisé, mis à jour leurs données de vols sur le Sénégal en remplaçant l’Aéroport LSS par Diass AIBD. Ont t-ils reçu le Communiqué de transfert d’aéroports avec l’inauguration en pompe de l’AIBD ? Y a-t-il eu une mise à jour opérée par les GDS (Global Distribution System) comme entre autres AMADEUS, GALILEO opérant par des Progiciels connectés sur Internet ? Apparemment Macky Sall et son régime avaient d’autres préoccupations plus futiles et moins importantes que de mettre l’AIDB sur les standards mondiaux.
Le comble est qu’il n’ya même plus possibilité de composer son « package » ou forfait online avec cette désintermédiation « E-tourisme » qui, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) constituait 80% des décisions de voyage. Aujourd’hui, le Sénégal devrait réviser ses standards en matière de Promotion touristique et de vente de la Destination, car si l’Aéroport AIBD à Diass ne parvient même pas à s’afficher dans ces Centres multinationaux de décisions de voyage, cela veut simplement dire qu’on ne pourrait plus aspirer à atteindre l’ambition touristique du PSE.

Aujourd’hui, tout un chacun est capable de composer son forfait depuis Melbourne en Australie ou Dhaka en Bengladesh et se permettre de payer avec sa carte de crédit ou débit pour le booking de son billet électronique, sa chambre d’hôtel, louer un véhicule, acheter un ticket de concert… et le tout à partir de chez soi avant son voyage sans passer par une agence ou un quelconque prescripteur… Messieurs de l’Apr, il faut suivre la marche du monde.

Le président Macky Sall, ses centaines de techniciens et ses conseillers en tout genre devraient savoir qu’une démarche «Business Intelligence» ou «INTELLIGENCE ECONOMIQUE» serait la solution à cet état de fait, car non seulement elle nous permettrait de communiquer efficacement et à temps réels selon les canaux permis et pertinents avec des contenus créatifs, des messages 2.0, 3.0 mais aussi et surtout AIBD et le Sénégal pourraient bénéficier d’un « Benchmarking » grâce à une collecte d’informations et de données fiables sur les « best practices » ou « meilleurs modèles » en terme de repositionnement « e-touristique »…  Au final, EXPEDIA, KAYAK, GOOGLEFLIGHTS, devraient avoir des bureaux à Diass, car ces Géants vont remplacer bientôt les agences de voyages…
En lieu et place de tout cela, c’est le chaos sur toute la ligne de l’AIBD…..

E.K./NDS – Xamle.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here