Revenu de nulle part, politiquement et humainement parlant, Idrissa Seck a récemment dit aux Sénégalais qu’il amorçait un nouveau virage pour faire tomber le Macky. Le président de Rewmi n’en est pas à sa première saillie contre le régime apériste. Jamais tendre avec ce qui est devenu la coalition Benno Bokk Yakaar, Idy veut se donner bonne conscience avec sa longue traversée que d’aucuns interprètent comme une fin politique. A quelques mois de la cruciale présidentielle de 2019, Idrissa Seck est de plus en plus présent sur le terrain médiatico-politique. Remisant ses incessants voyages et incompréhensibles allers-retours qui avaient fini de lasser ses partisans et les Sénégalais. L’homme politique ô
aurait-il effectué sa mue?
Le patron de Rewmi s’est enfin décidé à aller dans le Sénégal des profondeurs comme jadis Macky Sall. Il en est revenu avec la certitude qu’il est possible de battre Benno Bokk Yakaar en 2019. Idy ne dit rien de nouveau sous le soleil du Macky mais ses mots ont un écho dérangeant. Il demeure un homme de discours. Son verbe tonne toujours aussi fort comme pour assourdir la symphonie inachevée des tenants du pouvoir. Mais là s’arrête le « pouvoir » de l’ancien maire de Thiés. Car, politiquement, Rewmi n’est plus une foudre de guerre. Idrissa Seck l’a si bien compris qu’il raisonne aujourd’hui en termes de coalition. Lui à qui on reprochait autrefois de se suffire à lui-même, raisonne beaucoup plus large. Qu’est-ce qui a changé entretemps? Beaucoup de choses qui ne militent pas en faveur du leader de Rewmi.
Lâché par ses plus fidèles lieutenants, dont le dernier en date est Thierno Bocoum, Idy sait que plus rien ne sera comme avant. Son parti n’a plus ses ressorts d’antan surtout que nombre de ses anciens collaborateurs se sont mués aujourd’hui en ennemis politiques. En politicien rompu, il sait qu’il joue en 2019 sa dernière carte avec cette impression toute faite que le régime en place ne se laissera pas faire. Les « Macky Boys » l’ont d’ailleurs canardé hier comme rarement. Qui pour tendre alors la main à Idrissa Seck? Le plus probable aujourd’hui serait que lui aille vers les autres. Comme dernièrement avec sa tentative de se rapprocher de Thierno Alassane Sall, un autre détracteur du Macky. Les destins d’Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse, autrefois présidentiables aujourd’hui figurants politiques, n’ont pas échappé à sa vigilance. Le PDS, son ancienne maison, ne fera rien également pour lui dérouler le tapis rouge. Reste les nouveaux politiques aux dents longues qui le regardent d’un oeil méfiant et voient toute tentative de se coaliser avec lui comme une alternative contre-nature. Que faire alors?

E.K./XAMLE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here