Quelques jours après la grève des aiguilleurs du ciel, l’Aéroport international Blaise Diagne risque à nouveau, d’être paralysé. Cette fois-ci, par les agents d’opérations communément appelés Ops.

Ces derniers, rapportent Les Echos, dans sa parution de ce jeudi, ont menacé de suspendre le travail et de paralyser le fonctionnement du nouvel aéroport, pour dénoncer plusieurs manquements, notamment l’absence d’Ipm dans leurs contrats.

A les en croire, la société turque qui exploite l’Aibd, a décidé d’enlever de leurs contrats, tous les avantages qu’ils avaient avec AHS. «Ils ont copié textuellement le contrat de AHS et ont enlevé tous ies avantages qui étaient destinés aux travailleurs», déplorent-ils.

Après avoir averti qu’ils ne vont pas signer ces nouveaux contrats, les travailleurs ont donné un délai aux Turcs jusqu’au 31 décembre pour qu’ils «nivellent les contrats sur ceux de SHS et de AHS».

Aussi, se sont-ils indignés de la «décision honteuse» des ressources humaines, d’interdire aux travailleurs d’amener les contrats chez eux, pour plus de compréhension des clauses. Et au cas où la société turque décidait de ne pas obtempérer à leurs demandes, les travailleurs ont décidé de ne plus traiter jusqu’à nouvel ordre. Ce qui risque de bloquer à nouveau, l’Aibd.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here