Jeudi, l’ancien ministre de la Culture, Amadou Tidiane Wone avait interpelé Antoine Félix Diome, Agent judiciaire de l’Etat et ex-substitut du procureur auprès la CREI (Cour de répression de l’Enrichissement illicite), pour faire toute la lumière sur l’affaire du recouvrement de la traque des biens mal acquis et de la reddition des comptes suite aux 200 milliards FCFA annoncés par Aminata Touré, l’ancien Premier ministre et ministre de la Justice. Finalement, le Gouvernement a répondu par un communiqué, pour donner un montant de 152 984 119 934 francs CFA, qui ne couvre que trois exercices budgétaires retracés à travers les Lois de Finances et les Lois de Règlement de 2012 à 2015, qui est toutefois évolutif sous réserve du recouvrement de certains biens dont l’évaluation est en cours. Où se trouve la VERITE ?

D’après Mimi Touré, les performances ci- après sont à mettre au compte de l’exercice de la reddition des comptes, initié depuis 2012:

1. Dénonciation du montage financier de l’Aéroport Blaise Diagne mettant en cause les intérêts de l’Etat du Sénégal : Gain de 100 milliards par rapport au montant préalablement dû par l’Etat du Sénégal aux créanciers

3. Ticket d’entrée DP World pour la concession du Port de Dakar : 37 milliards

4. Reprise AHS : entreprise estimée à 50 milliards

5. Reprise du complexe immobilier de Eden Rock : 7 appartements à 650 millions l’unité : 4,55 milliards

6. Dettes de Abbas Jaber de la Sonacos : 5 milliards

7. Comptes bancaires de Karim Wade à Monaco : 8 milliards

8. Tahibou Ndiaye : 3 milliards dont une maison estimée à 2 milliards

9. Aida Ndiongue dans l’affaire : 47 milliards

Total effectif : 254,55 milliards

Reste à être payé à l’Etat du Sénégal :

– 113 milliards d’amende assortie à la condamnation de Karim Wade

-138 milliards d’amende assortie à la condamnation de Abou Khalil Bourgi

Opérations en cours de procédure

– Deux appartements dans le 16e arrondissement de Paris au nom de Karim Wade, faisant l’objet d’une demande de confiscation de la part du Parquet Général près la Cour d’Appel de Paris pour le compte de l’Etat du Sénégal.

– Un montant d’un million de dollars correspondant au montant de l’assurance-vie de Karim Wade, saisi au Luxembourg et faisant en ce moment, l’objet d’une procédure de rapatriement.

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT RELATIF AUX PROCÉDURES EN COURS CONTRE L’ENRICHISSEMENT ILLICITE

Le Gouvernement du Sénégal voudrait rappeler à l’opinion nationale et internationale, l’option fondamentale du Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, qui consacre, le principe de la reddition des comptes, comme haute priorité et composante essentielle de sa politique de bonne gouvernance et de transparence dans la gestion des affaires publiques.

C’est pourquoi le Chef de l’Etat a fait de ces principes, le socle de l’Axe 3 du Plan Sénégal Emergent. Il est dès lors aisé de comprendre la quintessence de toutes les actions déjà engagées par le Président de la République et son Gouvernement, afin que la nation puisse recouvrer ses biens spoliés et lutter contre la corruption, le détournement de deniers publics et l’enrichissement illicite, dans le respect du double principe de la séparation des pouvoirs et de la présomption d’innocence.

Au surplus, l’Etat a également engagé des actions qui ont permis de dénouer favorablement, différents contentieux ayant rapporté des ressources additionnelles au budget de l’Etat. Ces actions ont déjà permis de recouvrer des ressources financières importantes dont la traçabilité se retrouve à travers les Lois de Finances successives, adoptées par la représentation nationale, soit pour la période 2012 – 2015, un montant global de 152 984 119 934 francs CFA :

Seconde Loi de Finances Rectificative pour ‘année 2013 (inscription de 3 montants : 2 498 314 563 FCFA, 24 600 355 371 FCFA, 11 365 450 000 F CFA) ;
Loi de Règlement 2014 pour la gestion 2012 (constatation d’un montant de 39 520 000 000 FCFA) ;
Première Loi de Finances Rectificative pour l’année 2014 (inscription d’un montant de 45 000 000 000 FCA) ;
Seconde Loi de Finances Rectificative pour l’année 2014 (inscription d’un montant de 5 000 000 000 FCFA) ;
Loi de Finances Initiale pour l’année 2015 (inscription d’un montant de 25 000 000 000 FCFA.

Bien entendu, ce montant de 152 984 119 934 francs CFA, qui ne couvre que trois exercices budgétaires et qui a été totalement retracé à travers les Lois de Finances et les Lois de Règlement de 2012 à 2015, est évolutif sous réserve du recouvrement de certains biens dont l’évaluation est en cours.

Le Gouvernement veillera toutefois au respect de la dignité des personnes physiques et morales, en tenant compte de la présomption d’innocence.

Pour toutes les affaires en cours d’instruction, le Gouvernement, comptabilisera les gains réalisés ou attendus dans le Budget de l’Etat, cadre unique d’expression des recettes et dépenses de l’Etat, conformément à la loi.

Au total, et conformément aux instructions du Chef de l’Etat, le Gouvernement confirme son engagement de mener jusqu’à leur terme, toutes les actions initiées par les institutions et juridictions compétentes, notamment, la Cour des Comptes, l’IGE, l’OFNAC, et la CREI afin que l’enrichissement illicite soit banni à jamais.

Il s’agit là d’une action continue de l’Etat et du Gouvernement qui ne connaît ni pause, ni temps d’arrêt, avec des gains pour la Nation, qui évoluent au rythme des recouvrements réalisés par l’Etat ; mais il s’agit aussi d’une action qui se déroule au temps de la Justice.

Fait à Dakar, le 28 décembre 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here