« Le Président Macky Sall a fait au Sénégal ce qu’aucun autre chef d’Etat n’a réussi à faire, en termes de performances économiques , de politique sociale et de réalisations d’infrastructures ». Ces propos dithyrambiques sont ceux d’Aliou Sall, le frère cadet du Président Macky Sall et non moins Directeur général contesté de la Caisse de dépôt de consignations. Aliou Sall fait plus que du zèle ou du militantisme forcé: il se substitue à tous les souteneurs du leader de l’Apr pour les convaincre de sa volonté manifeste d’occuper le terrain médiatico-politique. En cela, le réduire à son expression de simple frére du Président Sall est une erreur dont sont convaincus aujourd’hui ses pires détracteurs.
Depuis son élection à la si stratégique mairie de Guédiawaye, Aliou Sall n’a cessé de clamer ses ambitions politiques. Lui qui n’a pas pris de gants pour clamer haut et fort ses désirs présidentiels après le départ de son frère à la tête du Sénégal. Le maire de Guédiawaye est foncièrement politique. Ceux qui réduisent son militantisme à l’accession de Macky Sall à la tête du pays lui font un mauvais procès. Car, c’est oublier que le bonhomme a milité dans la gauche au temps de la toute puissance du Parti socialiste avant d’être un journaliste politique. Il a blanchi sous le harnais et cela lui permet aujourd’hui de lire avec la suffisance qu’on lui connait le jeu politique local.
Décidé à poursuivre son bonhomme de chemin, le DG de la CDC abat ses cartes comme d’autres manoeuvrent pour se frayer leur chemin dans cette dernière ligne droite menant à l’élection présidentielle de 2019. Si Aliou Sall a réussi à tenir face au scandale pétrolo-financier du dossier Petrotim, c’est parce que le pouvoir en place l’a couvert au delà de ses espérances. En retour, lui se comporte en bouclier d’un Macky qui souffre par moments d’une absence de communication efficace. A Aliou Sall, l’on a déroulé un tapis rouge qui lui autorise aujourd’hui toutes les « libertés ». Hier, Karim Wade, le fils, semblait toucher le ciel. Aujourd’hui, Aliou Sall, le frère, toise son monde. Les mêmes causes produiront-elles les mêmes conséquences?
Dans le Macky, ceux qui ne supportent pas Aliou Sall ne le clameront pas pour l’instant. D’aucuns, plus courageux, en ont déjà « payé » les frais et ont disparu de la circulation. Se contentant de se blottir dans le confidentiel du pouvoir en attendant de voir ce que va devenir, ou faire, le « plus que frère » du Prince. Le régime en place en est réduit à cela: devoir faire avec les prérogatives d’Aliou Sall. Maire de Guédiawaye, DG de la CDC, et tout puissant homme de confiance du chef de l’Etat. A y voir de plus prés, ses ennemis politiques ont bien raison de le craindre.

E.K./XAMLE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here