Suite au rappel à Dieu du défunt Serigne Sidy Moctar Mbacké, le ballet des politiciens de tous bords se poursuit dans la ville sainte de Touba. Tous ont témoigné avec émotion sur le défunt Khalife tout en réitérant fidélité à l’actuel Khalife, Serigne Mountakha Mbacké. Ce dernier ne manquant pas de rassurer les uns et les autres sur les intentions de la grande famille mouride à accompagner tous dans un Sénégal de paix. Les politiciens, avides de reconnaissance et d’assurance, repartiront tous de Touba avec l’intime conviction d’avoir une oreille attentive dans la ville de Bamba. De Macky Sall à Idrissa SECK en passant par Ousmane Sonko ou Madické Niang, les politiciens rêvent de conquérir Touba dans l’esprit et le cœur. Reste à savoir qui aura la faveur du Khalife et des mourides pour l’échéance cruciale de 2019.

Passé les discours diplomatiques, revient en surface la réalité crue de la politique et de ses conséquences. Lors des dernières élections législatives, l’anarchie qui a précédé et suivi le vote dans la ville sainte n’est pas pour rassurer le camp au pouvoir. Soupçonné par l’opposition et le PDS en premier lieu d’avoir saboté le vote parce que se sachant minoritaire à Touba. Ce qui n’est pas faux : en profondeur, le parti de Wade demeure majoritaire dans la ville de Bamba. Des années et des années de présence politique et de complicité réciproque entre Wade, son entourage, ses proches collaborateurs et la famille de Serigne Touba ne s’effacent pas comme par un coup de baguette magique. Madické Niang et tous les autres proches de Wade ont suffisamment d’influence à Touba, malgré la chute du PDS, pour empêcher tout parti au pouvoir de faire son beurre dans la ville sainte.

Macky Sall, dés son accession au pouvoir, avait fait de la conquête de Touba un moyen de dérouler en partie son désir de se succéder à lui-même. Dernièrement, lors d’une de ses visites à Touba, le leader de l’APR avait eu une séance d’explications avec les responsables apéristes de la localité par rapport aux défaites que le parti présidentiel et sa coalition enchaînent depuis 2012 alors que l’Etat fournit des efforts considérables dans le département. L’apériste en chef avait alors déversé son courroux sur ses troupes. «Laissez-moi vous rappeler que ce que nous avons fait pour votre département, aucun département ne l’a. J’ai fait moins ailleurs et pourtant on gagne là-bas. Donc là ne se situe pas le problème. Nous devons redoubler d’efforts. À Touba et Mbacké, des avancées sont notées comparées aux joutes précédentes comme le référendum même si on n’a pas gagné. Maintenant, vos têtes sont toujours dans l’eau.  Travaillez à respirer d’abord pour que Touba fasse partie des localités qui nous font gagner. Si tout le monde va dans la même direction, nous sortirons vainqueurs surtout qu’il s’agit de Présidentielle et non de législatives ou de municipalités ».

Pour ne rien arranger, l’APR ne dispose d’aucune figure d’envergure à Touba pour fédérer tout le département et permettre au parti au pouvoir de sortir enfin la tête de l’eau dans la localité. Le très contesté Moustapha Cissé Lô avait rêvé d’être la figure politique incontournable de l’APR dans la ville sainte. Son côté clivant et son manque de légitimité ont fini de le «tuer politiquement». Mal organisé, l’Apr y a fini de péricliter. Macky Sall le sait qui est aujourd’hui sans solution pour résorber le problème.  L’opposition, en particulier le Pds, après avoir fini de se réorganiser, tire toutes les ficelles. En plus de ses députés, l’opposition peut toujours compter sur des politiques de la trempe de Me Madické Niang et de Pape Diop. «C’est l’APR qui a battu l’APR à Touba », dira un proche de Macky Sall au sortir des dernières législatives. Une réalité politique qui fait de Touba un bastion libéral couleur PDS et BOKK GIS-GIS.

E.K./XAMLE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here