Lactalis va finalement rappeler tous les laits infantiles produits sur le site de Craon (Mayenne). Soit plus de 12 millions de boîtes à reprendre dans 83 pays, selon son PDG qui a promis d’indemniser toutes les familles des victimes.

La crise chez Lactalis a pris une ampleur totalement inédite. Dans un entretien au « Journal du dimanche », son PDG Emmanuel Besnier est sorti de son silence. Il a précisé que le rappel de lait infantile auquel il va devoir procéder dans les prochains jours concerne « plus de 12 millions de boîtes », à récupérer dans pas moins de 83 pays. Les distributeurs n’auront pas à trier entre lots soupçonnés de contenir de la salmonelle ou non : « Ils savent qu’il faut tout retirer des rayons », précise le patron du numéro un mondial des groupes laitiers, d’ordinaire très réticent à faire la moindre déclaration publique.

Alors que l’image de qualité de l’agroalimentaire français à l’étranger risque d’être sérieusement ternie par cette affaire, le mea culpa d’Emmanuel Besnier ne s’arrête pas là : dans le même entretien, il promet d’indemniser « toutes les familles qui ont subi un préjudice » en raison de la contamination à la salmonelle. Ce qui ne sera certainement pas suffisant pour éteindre l’incendie. Selon Quentin Guillemain, le président de l’association des parents de nourrissons victimes, « le nombre de cas est beaucoup plus important que celui de 36 donné par Santé publique France ». Au travers des 3.000 mails qu’il a reçus, il estime pouvoir dire que « 200 enfants ont les symptômes d’une salmonellose depuis plusieurs semaines sans qu’ils aient été recensés comme tels ».

« Des centaines de familles ont d’ores et déjà porté plainte. Plusieurs autres centaines vont le faire dans les prochains jours » a martelé Quentin Guillemain. Contre Lactalis, mais également contre les enseignes de la distribution qui ont continué de vendre le lait, après le rappel annoncé par Lactalis.

Dès vendredi, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait annoncé que l’entreprise [reprendrait] « toute boîte de  lait infantile produite sur le site de Craon  ». Et ce, « sans considération de date. Il appartient aux magasins d’opérer les renvois ». Une déclaration formulée à Bercy à la suite d’une rencontre avec Emmanuel Besnier. « L’urgence, c’est la sécurité sanitaire et la meilleure des garanties pour la sécurité sanitaire, c’est de dire que plus une seule boîte fabriquée sur le site de Craon ne doit être en circulation sur les circuits de consommation », a ajouté Bruno Le Maire.

Les echos .fr

Logo of the dairy group Lactalis are seen at the food exhibition Sial in Villepinte, near Paris, France, October 17, 2016. REUTERS/Charles Platiau

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0301141483561-lactalis-va-reprendre-100-de-ses-laits-infantiles-2144510.php#rRibc0x1tTeBAWzV.99

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here