Un nouveau rebondissement dans le braquage effectué par des individus armés jeudi à Kafountine (département de Bignona) sur quatre touristes espagnols dont trois femmes. En effet, l’information selon laquelle les trois touristes auraient été violées a été remise en cause, après l’examen médical subi par l’une d’entre les supposées victimes. Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, se référant à ces analyses médicales rejette en bloc la thèse de viol. Il soupçonne des ennemis de la paix et assure que l’enquête se poursuit.

« On a très tôt parlé de braquage et de viol. La gendarmerie à procédé à la prise de déposition et l’expertise a été faite au niveau de la santé. Il est avéré que c’est l’une des dames qui avait accepté d’être consultée et il n’y a pas eu de trace de viol. Les deux autres n’avaient pas accepté d’être consultées pour confirmer ou infirmer l’acte de viol », a expliqué le ministre Aly Ngouille Ndiaye.

Aux dernières nouvelles, poursuit le ministre sur les ondes de la Rfm, l’une d’elles était rentrée en Espagne. « Il n’y a que de l’argent supposé être pris par les ‘violeurs’ mais les dames n’ont pas été dérobées de leurs bijoux ou montres », renchérit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here