Le dernier rapport d’Amnesty international parle d’une régression à travers la non-protection par le Sénégal de l’homosexualité. Ce qui a fait sortir de ses gonds le Premier ministre, en déplacement à Gossas, ce dimanche. …Et qui s’est attaqué, entre autres, à la «société civile encagoulée qui défend le droit des homosexuels et lesbiennes».

Mahammad Boun Abdallah Dionne est très en colère contre le rapport d’Amnesty international qui attaque le gouvernement sur le non-respect supposé des droits humains au Sénégal.

Selon le Premier ministre, « il y a une partie volontairement omise ». Et c’est suffisant pour que le natif de Gossas de marteler en ces termes:

«Nous avons une société civile encagoulée. Des gens tapis dans l’ombre qui essaient, par tous les moyens, de défendre des choses inouïes dans ce pays… « Aucune Ong ne peut nous imposer l’homosexualité. Nous ne l’accepterons pas… »

Pourtant, rappelle M. Dionne, le président Sall, toujours constant dans sa posture face à la question de l’homosexualité, s’était déjà expliqué sur ce sujet avec l’ex-président américain, Obama, en visite au Sénégal, en 2013.

Et, le chef de l’Etat l’a réitéré sur le plateau de TV5 Monde où il a répondu au Premier Ministre Canadien Justin Trudeau. Le chef de l’État, invité de Tv5, a fait savoir que le Sénégal n’était pas prêt à légaliser cette pratique, en novembre 2016.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here