« Je dirai toujours ce que je pense…« , prévient Abdoulaye Bathily. Invité ce dimanche de l’Emission « Grand jury » de Mamoudou Ibra Kane, le candidat malheureux à la présidence de la commission de l’Union africaine est revenu sur l’affaire Khalifa Sall qu’il qualifie de procès politique, tout en donnant les raisons… Non sans dénoncer une instrumentalisation de la Justice.

Khalifa Sall condamné à 5 ans de prison ferme. Interrogé sur la question, Abdoulaye Bathily de donner son avis : « Pour moi, il est clair que c’est un procès politique… Dès le départ, je l’ai senti comme ça. Je me suis renseigné à différents niveaux et le déroulement même du procès, les péripéties de cette affaire montrent très clairement qu’il s’agit d’une affaire politique… »

« Je disais tout à l’heure que pendant 40 ans, j’ai participé à toutes les luttes politiques. Et dans la justice, comme tous les corps de métiers, il existe des brebis galeuses en son sein. Tous les corps de métiers ont des brebis galeuses et très souvent, dans les luttes politiques, les pouvoirs en place instrumentalisent la justice. Je l’ai dit avec Abdoulaye Wade à l’époque. Je l’ai défendu bec et ongles alors que j’étais dans le Gouvernement de la majorité présidentielle élargie.

J’ai dit à Abdou Diouf, plusieurs fois, que je suis contre l’incarcération de Abdoulaye Wade, que c’était des raisons politiques. Et finalement, la raison a prévalu. Il a été libéré. Il en était de même du temps de Abdoulaye Wade quand il a commencé ses dérives. Nous étions à la Ld les premiers à avoir alerté de l’intérieur, dans le cadre du Front pour l’alternance. Ensuite, lorsqu’il ne nous a pas écouté, nous avons pris nos responsabilités et publiquement, nous avons dénoncé ses dérives, cette instrumentalisation de la justice contre Idrissa Seck, contre Macky Sall…

Moi même, j’ai été combien de fois traîné devant les tribunaux pour des raisons politiques? Je présente encore des stigmates de ces brimades, de ces  brutalités policières, de ces emprisonnements et à chaque fois, à la veille des grandes élections, on prenait une loi d’amnistie pour nous permettre d’être candidats« , tient-il à rappeler.

Revenant sur le cas du maire de Dakar, M. Bathily est d’avis que « tout le monde savait ce qui se passe« . Il rappelle ainsi les paroles de feu Mamadou Diop qui, devant la barre, à titre de témoin, lors du procès de Khalifa Sall, avait dit que « tous les responsables de Bby qui sont dans les institutions sont au courant de cette affaire, comment ça fonctionnait« .

« Tous les anciens maires de Dakar l’ont avoué« , insiste Bathily qui confie avoir dit au président Macky Sall, dès la première semaine, « que c’est une mauvaise affaire pour l’image de notre démocratie (…) Le président Macky Sall lui -même a été ministre de l’Intérieur, il connaissait très bien comment fonctionnait cette caisse. Tout le monde le savait.«

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here