Des échauffourées ont présentement lieu entre s entre la police et les activistes du G6 à Ziguinchor. Ces derniers ont bravé l’arrêté d’interdiction du Préfet. Il y a une femme qui a été ensanglantée et des enseignants ont été arrêtés, selon le reporter de la RFM.

Dans un arrêté publié hier dans la soirée, le Préfet évoque le « risque de troubles à l’ordre public » et une « insuffisance » d’éléments des forces pour encadrer la manifestation.

Des arguments qui ne convainquent pas les enseignants, « mobilisés » et « déterminés » à tenir la marche. « On ne peut pas en l’espace de quelques heures autorités et interdire une manifestation pacifique sous prétexte qu’il y aura trouble à l’ordre public. Le G6 avait organisé des marches pacifiques, respectivement à Thiès, Dakar Thiès et Saint-Louis et il n’y a pas eu de casse. Donc, nous disons non à l’autorité préfectorale.

Elle sera tenue pour responsable sur tout ce qui arrivera demain », a prévenu Abdoulaye Ndoye, secrétaire général du Cusems. «Nous sommes des citoyens de ce pays et des démocrates. Nous ne pouvons pas accepter que les acquis consignés dans la loi fondamentale (Constitution) soient remis en cause. C’est pourquoi, unis comme un seul homme, les organisations syndicales ont décidé de maintenir leur activités demain », a-t-il ajouté.

Cette marche entre dans le cadre du plan d’action du G6 pour l’application des accords signés avec le gouvernement.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here