Apres ses sorties récentes jugées « impertinentes » par ses camarades de parti, c’est derniers ont réclamé la tête de Me Alioune Badara Cissé, médiateur de la République. D’après le journal Le Quotidien qui a fouillé les textes, le médiateur de la République est nommé pour une période de 6 ans non renouvelable et irrévocable.

« Si Monsieur Cissé veut retrouver le terrain politique de la contestation, il devrait se décharger de ses fonctions de médiateur de la République. A défaut, le Secrétaire exécutif nationale de l’Alliance pour la République demande au Président de la République d’en tirer toutes les conséquences et de mettre un terme à cette confusion de rôles », lit-on dans un communiqué signé par Seydou Guèye.

Sauf qu’ABC, nommé par le décret n° 2015-1150 le 5 août 2015, est « blindé »  par la loi n°99-04 du 29 janvier 1999 abrogeant et remplaçant la loi 91-14 du 11 février 1992 instituant un médiateur de la République. Son article 5 dispose : « le médiateur de la République est nommé par décret pour une période de six ans non renouvelable.

Il ne peut être mis fin à ses fonction avant l’expiration de ce délai qu’en cas d’empêchement constaté par un collègue présidé par le président du conseil constitutionnel et comprenant en outre le président de la Cour de cassation, saisi à cet effet par le président de la République ». A moins de créer un « empêchement », rein ne l’empêcherait de poursuivre son mandat.

En revanche, l’Apr ne peut sanctionner son ancien son ancien numéro 2 qu’à l’interne. Encore que le statut de Médiateur avait déjà mis veilleuse son militantisme politique. Donc, seul ABC peut mettre à l’aise le chef de l’Etat en démissionnant. Et un tel scénario semble illusoire pour un homme qui ne veut pas mourir politiquement. Et qui d’ailleurs, prendrait son irrévocabilité pour une occasion de se venger de cet « isolement ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here