La direction des élections  a justifié le rejet de l’inscription de Karim Wade, candidat du Pds, sur les listes électorales par l’article L31 du code électoral. Mais, les libéraux indiquent qu’ils ne se laisseront pas faire, invoquent la thèse du complot.

Pour Bernard Casimir  Cissé, président du pôle formation à la direction des élections, le motif du rejet de l’inscription de Karim Wade se trouve à l’article L31 du Code électoral.

L’article dispose en effet que: « ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale les individus condamnés pour crime, ceux condamnés à une peine d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement avec sursis d’une durée supérieure à un mois, assortie ou non d’une amende, pour l’un des délits suivants : vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits passibles d’une peine supérieure à cinq (05) ans d’emprisonnement… »

Pour s’opposer à ce rejet, le Pds va tenir une conférence de Presse ce mardi 3 juillet 2018 à partir de 17 heures à la Permanence nationale, Oumar Lamine BADJ. Leur chargé des élections, Cheikh Dieng annonce une saisine de la Cour d’appel et une bataille politique parce que selon lui, « il devient plus claire que le pouvoir veut éliminer Karim Wade ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here