Le décès du très professionnel chef de protocole à la présidence depuis Senghor, Bruno Diatta, a fait l’effet d’une bombe. Toute la Nation est touchée, toute la population attristée et reconnaissante. Bruno est, en effet, resté fidèle à son pays jusqu’à ses dernières heures sur terre. Il n’était pas malade. Du moins, il n’était pas alité.

Jeudi, il est parti à son travail à la Présidence, comme à son habitude. Et personne ne se doutait que ce serait la dernière fois qu’il arpenterait les dédales de ce palais, qu’il connaissait dans ses moindres recoins.

Et ce vendredi, il est tombé les armes à la main, à l’aéroport Léopold Sédar Senghor.

Il accompagnait le président Macky Sall, qui devait se rendre au Mali, pour assister à l’investiture de son homologue Malien, Ibrahim Boubacar Keïta. Foudroyé par un malaise, Bruno ne se relèvera pas, malgré l’intervention des toubibs. Il avait servi dignement son pays, il part les armes à la main, sur le théâtre d’opération.

Le président de la République, dont l’avion de commandement « La Pointe Sarène » était en train de se préparer au décollage, informé de la triste nouvelle, a annulé son voyage et décidé qu’un hommage national sera réservé au défunt, qui a consacré toute sa vie à l’Etat.

La dépouille mortelle du défunt se trouve à l’hôpital Principal de Dakar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here