La décision de l’Etat du Sénégal d’attribuer provisoirement la concession de la gestion de l’eau à l’entreprise française Suez au détriment de la Sénégalaise des eaux (Sde) ne passe pas aux yeux du Forum social sénégalais (Fss). En conférence de presse, hier, ces membres de la société civile ont fustigé cette offre.

 

Les membres du Forum social sénégalais (Fss) se disent scandaliser par la concession de l’eau au Sénégal par le multinational étranger Suez. Faisant face à la presse, hier, le coordonnateur du Fss, Mamadou Migane Diouf et ses camarades ont dénoncé avec la dernière énergie cette décision du gouvernement du Sénégal qui, selon eux, a confié l’eau noir sénégalais à des mains douteuses. «Beaucoup de bruits sur les supposés promesses de donner le marché sur un plateau d’or à la Suez connue pour ses scandales et manies de corruption pour obtenir des marchés dans la gestion de l’eau et de l’électricité dans le monde circulent. En recoupant nos informations de l’extérieur avec nos collègues du Forum Alternatif de l’eau et dans les réseaux avec lesquels nous travaillons sur la gouvernance transparente de l’eau, il apparait que des promesses auraient été faites fermement par l’Etat du Sénégal pour donner à cette multinationale la gestion de l’eau au Sénégal quel que soit ce qui pourrait arriver. Nos collègues du Nord avancent même des chiffres qui seraient à la base de la situation actuelle où pendant longtemps le gouvernement n’a pas osé annoncer officiellement le résultat de la sélection», lancent-ils.

 

Le Forum sociale sénégalais et son Réseau conseil citoyen droit à l’eau et à l’assainissement s’indignent de voir les rumeurs de promesses fermes du marché à offrir à une entreprise qui a fait faillite partout où elle est passée dans le monde comme en Amérique Latine, en Europe dans des pays comme Espagne, en France, etc.

 

Pour eux, le plus révoltant c’est que l’on a préféré une entreprise étrangère au détriment d’un champion national. «Comment peut-on confier un marché à une entreprise alors que sur les offres faites, il y a une perte de 50 milliards de francs Cfa au terme du contrat de 15 ans entre l’offre financière de la Sénégalaise des eaux (Sde) et celle de Suez ?», s’interrogent-ils.

 

Selon eux, c’est incohérent même de donner la gestion de notre eau à une entreprise qui a déjà gagné, de par sa filiale, la canalisation du marché qui part de Keur Momar Sarr à Dakar. C’est du «paradoxe, immoral, illogique et inadmissible» dans un pays démocratique qui a l’Ofnac, l’Ige et autant de structures de contrôle et de gestion. Qu’une même entreprise soit juge et partie.

 

Mieux, ils révèlent également que cette entreprise viendra avec des expatriés. Ce qui veut dire qu’elle va licencier certains cadres techniciens sénégalais qui sont dans le réseau. Au moment où le gouvernement parle d’emploi, de préférence nationale, de la patrie avant le parti, de gestion sobre et vertueuse, voilà ce qu’on nous sert. «Nous ne pouvons pas comprendre une telle option dans le pays qui se veut démocratique. Ce dossier a fini de montrer que les ressources et richesses nationales sont de plus en plus entre les mains des multinationales au détriment des nationaux. Voyons les marchés du Train express régional, celui du fer de la Falémé …», martèlent-ils.

 

Le Forum social sénégalais lance un appel à l’opinion publique sénégalais pour que nul n’en ignore les dangers que court le pays, sur la question de la gestion de l’eau. Une gestion qui serait, d’après eux, entre les mains d’une entreprise connue pour ses scandales. Ils se disent déterminés à mener le combat jusqu’au bout, car nos ressources ne sont pas des marchandises mais un bien commun qui appartient aux générations futures.